Nazca et Ica

Jour 320 : Dernière nuit en bus et momies

Ça y est, c’était la dernière et c’est pas dommage ! 14h de bus pour notre dernière nuit roulante, pas franchement confortable, nous arrivons épuisés à Nazca en début de journée. À peine descendus du bus, au milieu d’un carrefour, on se fait sauter dessus par deux rabatteurs assez tenaces qui nous proposent le survol des fameuses lignes de Nazca en avion. On décline, gentiment d’abord puis un peu plus fermement, et on se rend à notre hôtel. 

Petite info subsidiaire : Nazca n’est qu’à 600m d’altitude et c’est la première fois depuis plus de 2 mois qu’on est en dessous des 2500m, on peut dire au revoir à l’essoufflement !

Évidemment, la chambre n’est pas disponible donc on patiente dans le lobby de la charmante famille qui tient l’hôtel. Deux adorables petits garçons se lèvent suivis par une petite fille adorable aussi mais très très capricieuse qui hurle un bon moment. 

On rencontre un couple de français qui a l’air motivé pour faire des trucs et on convient de partager un taxi ensemble pour aller voir le cimetière de Chauchilla. 

On part en milieu de matinée avec Carlos, notre chauffeur guide qui nous fait la conversation à moitié en anglais, à moitié en espagnol et à moitié en français (oui ça fait trois moitiés, on est fatigué du bus, laissez nous réinventer les maths). On roule une bonne demi-heure et on arrive sur place. 

D’après Carlos, on le croira sur parole, car la civilisation Nazca on y connaît rien du tout, le cimetière abrite des tombes vieilles de 2000ans, ouvertes par des pilleurs et reconstituées par les autorités locales. Les Nazca sont un peuple pré-Incas qui sont surtout connus pour leurs lignes tracées dans le désert et seulement visibles du ciel, comment ont-ils fait ? Bonne question. 

Toujours est-il que dans le coin, il pleut environ 3h par an, comprendre : c’est sec de chez sec, ce qui a permis une très bonne conservation des momies. Là où on est quand même très surpris (on insiste, on est très très surpris), c’est qu’on constate que les momies ont été replacées dans leurs tombes, ouvertes aux 4 vents et aux déchets. Point de vue conservation c’est quand même bizarre ; ce genre de trésor, à notre avis, ça se protège. 

Tout a cependant l’air très authentique et on en apprend pas mal sur les Nazca, peuple de petite taille, à l’espérance de vie bien courte, qui ne coupait jamais ses cheveux (symbole de puissance) et qui embaumait ses morts avec du sel et du coton. En parlant de coton, vous saviez qu’il existait du coton naturellement coloré ? Nous absolument pas et aujourd’hui on a fait la découverte du coton marron, vraiment surprenant. 

Bref les momies ont toutes été retrouvées en position fœtale, pour préparer leur renaissance dans leur vie suivante, faisant face à l’Est, en direction du soleil levant bien sûr et les entrailles vidées, remplacées par le fameux coton. On est impressionnés de voir qu’il y a aussi des enfants (voir des nouveau nés) dans un état de conservation fou, on a réussi à compter les orteils momifiés, et que les caveaux accueillent une seule famille à chaque fois, de maximum 4 personnes. 

La visite est vraiment enrichissante et les explications de Carlos très utiles. Après ça, il nous emmène dans un fabrique de poteries « à l’ancienne » où le chef nous explique que les Nazca faisaient des poteries concaves, très rares chez les autres cultures, richement décorées. Il nous met dans les mains des pièces qui auraient 2000 ans (là aussi gros gros doute sur l’authenticité des machins) et nous fait rapidement passer dans sa boutique. On s’abstient de tout achat et on rentre en ville pour déjeuner avant d’aller faire … et ben plus grand chose. Une sieste, nos dernières réservations d’hôtel, une douche et un peu de tri dans nos affaires (on commence à s’alléger en vue du retour).  


Jour 321 : La journée de la loose

On avait prévu une belle journée, et quand ça veut pas, ça veut pas. Programme du jour : survol des lignes de Nazca le matin (le cadeau d’anniversaire de Pauline), repas et départ pour Ica puis glandouille dans notre joli hôtel toute la fin de journée. 

On se lève, on est chaud et la gérante de l’hôtel, avec qui on a réservé le survol nous dit que la météo est pas top et que le départ est décalé à midi. Ça nous gonfle un peu parce qu’on voit notre temps de glande au bord de la piscine d’Ica réduit à peau de chagrin mais on se dit que c’est pas bien grave. On en profite pour faire la vidéo de la Bolivie et regarder deux trois trucs pour Lima. 

Midi arrive et avec un peu de retard le transport nous récupère pour aller à l’aérodrome proche de la ville d’où parte les vols. On s’enregistre, avec nos passeports s’il vous plaît, on nous pèse pour savoir comment nous répartir dans l’appareil et là commence l’attente. Un premier groupe part et presque une heure plus tard, c’est enfin notre tour. On passe dans la mini-salle d’embarquement et on longe le tarmac jusqu’à notre petit avion. On monte, on s’installe, on roule sur la piste et…. plus rien. Retour à la case départ, il y a une tempête de sable et il est impossible de faire le vol dans ses conditions (en plus du point sécurité qui est très important, on pense qu’on aurait absolument rien vu). 

On est ultra déçus, le mec qui nous accompagne nous propose d’attendre encore un peu mais le pilote nous a parlé de 3 jours d’arrêt des vols. La mort dans l’âme on retourne à l’hôtel où le propriétaire nous attend avec notre remboursement déjà prêt (c’est un soulagement car vu la journée on sentait bien la galère pour récupérer notre argent). 

On file à la gare routière en grignotant des crackers (on avait gardé le ventre vide pour le vol) et après être passé à un cheveu de se faire arnaquer pour le prix des billets par Cruz del Sur (35s pour aller à Ica), on prend nos tickets auprès de Perubus. 

Sur le chemin, on prend la Panaméricaine, route mythique, qui coupe… les lignes de Nazca (plus précisément, celle du lézard) et on confirme, c’est la tempête de sable ! 


Bilan de Nazca

Bon ben on a raté le plus important alors difficile d’être objectif. Le cimetière était très sympa, la ville n’a pas grand intérêt mais il existe d’autres sites des Nazcas aux alentours (qu’on aurait sans doute visité si on avait su la météo qui nous attendait).


Jour 322-323 : Repos à Ica

On a choisi de se poser deux petites journées avant de rejoindre Lima et de rentrer, histoire de glandouiller tranquillement et de reprendre des forces pour affronter l’emploi du temps de ministre qui nous attend à notre retour. 

On se pose dans un bel hôtel, loin de l’agitation du centre et loin de celle de l’oasis de Huacachina et on ne fait plus grand chose. 

Un petit tour dans les dunes et à l’oasis (on est content de ne pas y dormir tant tout nous y semble faux et artificiel) et sinon, pas grand chose. Du repos, de la lecture au bord de la piscine et un peu de blogging jusqu’à notre départ pour Lima. 


Bilan de Ica

Pour nous du repos mais il y a quelques petites choses à faire dans le coin : sandboard dans les dunes, tour en buggy dans le désert, balade pour le lever/coucher du soleil. C’est pas franchement des trucs qui nous branchent et les tarifs sont élevés mais pour changer des activités classiques, pourquoi pas ?


🔍 Les infos pratiques des Petits Pédestres 🔎

Transport :

Cusco-Nazca : 60s en semi-cama de nuit, 14h, compagnie Cromotex, vraiment bien, repas inclus

Nazca-Ica : 8s, 2h30, compagnie Perubus, pas beaucoup de place mais beaucoup moins cher que les concurrents (départs toutes les 30min)

Taxi Ica-Huacachina : autour de 10s

Hébergement : 

Nazca : Barbant Hostel : 40s la nuit pour une chambre double, sdb partagée (seulement 2 pour toutes les chambres, si l’hôtel est plein ça doit être un peu tendu), petit déjeuner à 6 ou 8s en plus, bon wifi, propriétaires adorables, peuvent vous réserver les excursions si besoin

Ica : Huacachina Désert House, 100s la nuit (notre petit plaisir du voyage), chambre double, sdb privée, douche chaude et à pression constante (la première qui a les deux en Amérique du Sud), petit déjeuner et wifi

Visites :

Cimetière de Chauchilla : 8s par personne, transport à 30s par personne avec le chauffeur/guide

Vol de Nazca (on vous donne les infos quand même) : 60/70$US par personne, 30s de taxe d’aéroport pour un vol de 35min. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :