La Vallée Sacrée

Jour 318 : De Pisac à Ollantaytambo

Ça y est, après 3 jours carrément légers, on se remet à faire des trucs. Le départ de notre hôtel est plutôt catastrophique, le gérant essaye de nous faire payer beaucoup plus que prévu mais on ne lache rien et dans notre espagnol approximatif on lui fait comprendre qu’on est pas des pigeons. 

On part plus tard que prévu, bien énervés mais tout ça retombe finalement assez vite. 

Aujourd’hui on part à l’assaut de la vallée sacrée, dans les alentours plus ou moins proches de Cusco et on a décidé d’y consacrer deux jours, en autonomie pour éviter de payer un tour bien cher qui nous fera seulement survoler les sites. 

Première étape : Pisac. Un coup de collectivo, un coup de taxi et nous sommes sur le site. On est clairement pas les seuls à avoir ce programme car les alentours sont bondés. Les ruines sont immenses, comptent des habitations, des terrasses (encore utilisées pour les cultures), des temples, des bâtiments de stockage, bref la totale.

On décide de redescendre à pied et sur le chemin on passe par une « grotte » ultra étroite, qui garantissait un accès restreint au temple (honnêtement on ne sait pas si on serait passé avec 20kg de plus chacun). La descente est très sympa, beaucoup moins fréquentée que le haut des ruines et on profite d’un très beau panorama sur la vallée et la ville en contrebas. 

De retour dans le village, on fait l’impasse sur le marché, d’après les copains qui y sont passés les jours précédents, tout est hors de prix et les rabatteurs sont féroces. Au lieu de ça, on déjeune dans un restaurant qui fait le prix du menu à la tête du client, 8s de plus pour le couple à côté de nous pour exactement la même chose et on se félicite encore de ne pas être des pigeons !

On reprend un collectivo en direction Urubamba et le premier qui passe est plein, pas grave on attend le suivant. Le suivant est plein aussi et on sent le truc venir, Simon se sacrifie et fait la première partie du trajet debout. Heureusement la route est à peu près correcte et le chauffeur pas trop fou (ce qui change dès que Simon trouve une place pour s’asseoir). On change de collectivo à Urubamba, cette fois ci direction Ollantaytambo, notre deuxième et dernière étape du jour. 

Comme il est déjà un peu tard, on file directement aux ruines sans passer à l’hôtel (de toute façon on est parti ultra léger) et là aussi, on se dit que tous les touristes de la création se sont donnés rendez vous. Le site est ultra bondé, les gens se comportent comme des animaux, ça pousse, ça crie, ça chante, vous nous connaissez, on a-dore !

Là aussi, le site est très grand, il s’agit d’une forteresse qui barrait l’accès à la Vallée sacrée en direction de Cusco et du Machu Picchu. On monte jusqu’au sommet le long des terrasses agricoles (encore) et l’escalier est très très raide, on avait perdu l’habitude de l’effort et on est complètement à bout de souffle une fois en haut. On se balade sur le site, en esquivant les perches à selfie ou autres, et on voit notamment le temple du soleil, alignement d’immenses blocs de pierre dont on se demande comment ils ont été apporté sur place depuis la carrière. Ça soulève une autre question chez nous : d’où vient cette passion des Incas de construire des trucs sur des montagnes hyper hautes ? On a une idée de la réponse mais on vous laisse y réfléchir. 

On emprunte ensuite le chemin de ronde qui fait le tour de l’ensemble et on redescend avec une belle vue sur la ville et sur les constructions (la prison on croit) de la montagne d’en face. 

Après ça, on va se poser à notre hôtel (enfin) et on en ressort que pour dîner dans un restaurant pas foufou où les serveurs s’amusent au lieu de bosser. Résultat au moment de payer, erreur de la banque en notre faveur ! Vu le peu d’attention que nous a accordé la serveuse on est un peu malhonnête et on se casse sans rien dire. 


Jour 319 : Maras, Moray et Chinchero

Deuxième et dernière journée dans la vallée sacrée pour nous. Nous prenons le collectivo pour Urubamba et une fois arrivé on décide de se la jouer ministre en prenant un chauffeur pour nos visites. Pourquoi ? Premièrement, parce qu’on est fatigué, deuxièmement parce qu’on a la flemme, troisièmement parce qu’on est tous les deux un peu malade. 

On trouve Juan-Carlos, qui nous propose le tarif qu’on a prévu pour le tour, parfait on est parti. Première étape, les Salinas de Maras. C’est un endroit stupéfiant, des mini piscines d’eau salée (venant des montagnes, ne nous en demandez pas plus on a pas bien compris non plus), utilisées depuis l’époque des Incas et particulièrement photogéniques. Les petits bassins semblent accrochés à la montagne et l’ensemble est vraiment magnifique. Les Incas se servaient du sel récolté ici pour assaisonner leurs plats, faire des ceviche, conserver la viande ou leurs morts. C’est assez hallucinant comme niveau de construction quand on pense que les gars ne connaissaient pas la roue. 

On poursuit vers le site de Moray, un lieu de culture avec des terrasses concentriques (#motcomptetriple) qui distribuaient la chaleur de façon différente et permettaient une plus grande variété de culture. Malins les Incas ! Elles s’enfoncent à plus de 150m de profondeur (ce qui aide pour la chaleur) et sont orientées différemment les unes par rapport aux autres. Ça ressemble un peu à des cercles de culture alien et on se dit que les adeptes des théories extra-terrestres doivent se trouver plein de réponses dans ce genre d’endroit. Après ca on retrouve Juan Carlos pour rejoindre Chinchero, notre dernier site du jour. 

On le quitte ici, on déjeune et on va jeter un œil à ce site, pas franchement génial mais inclus dans le boleto donc on n’allait pas se priver ! Il y a un étrange rassemblement de gens, les hommes tout en noir, les femmes en habits traditionnels. Ça ressemble à un enterrement mais il n’y a pas de cercueil, on se fait discret car l’ambiance est très sérieuse sur place. 

On rentre à Cusco, en collectivo toujours, et on reste à l’hôtel jusqu’à rejoindre la gare routière et prendre notre bus en direction de Nazca. 


Bilan de la Vallée Sacrée 

Beaucoup de sites très variés qui valent vraiment le coup d’être visités, nous avons eu un énorme coup de cœur pour les Salinas de Maras, vraiment magique et globalement pour l’ensemble des ruines, très bien conservées. Le tour peut se faire à la journée (autour de 70s) avec une agence mais on a bien apprécié de le faire tout seul, une belle manière pour nous de conclure Cusco et sa région. 


🔍 Les infos pratiques des Petits Pédestres 🔎

Transport :

Cusco-Pisac : 4s par personne en collectivo (arrêt sur maps.me), part quand il est plein, 45min

De la ville de Pisac au haut des ruines : taxi à 30s (2 bonnes heures à pied sinon)? 15min

Pisac-Urabamba-Ollantaytambo : 4s par personne puis 2s par personne en collectivo, 40min puis 20min

Ollantaytambo-Urabamba : 2s par personne, 20min. Vous pouvez vous faire poser à Tarabamba et marcher jusqu’aux Salinas depuis la route. 

Taxi pour la matinée (Urubamba-Maras-Moray-Chinchero): 100s (on vous avait dit, journée de ministre !)

Chinchero-Cusco : 4s par personne, 40min

Hébergement : 

À Ollantaytambo : Tejar Hostel, 50s pour une chambre double, sdb partagée, petit déjeuner (pas fou) inclus, bon wifi. Ils ont eu la gentillesse de nous déplacer notre réservation non annulable car Pauline était malade, donc sympa. 2 adorables lapins et un adorable chaton (qui aura probablement grandi si vous y aller un jour)

Visites :

Hors Maras (10s par personne), tout est inclus dans le boleto turistico

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :