El Chalten, le paradis de la rando (inachevée)

Jour 244 : Premiers pas en Argentine

Une longue nuit en bus pas toujours très confortable et nous sommes arrivés à notre première étape en Argentine : El Chalten et son célèbre Mt Fitz Roy. Notre bus arrive à 7h du matin et comme il fait nuit noire (on a l’impression d’être au milieu de la nuit) on décide d’attendre que le jour se lève à la gare routière.

8h arrive et il fait toujours nuit, c’est assez surprenant mais quand on y réfléchit pas tant que ça, nous sommes au Sud du contient, proche du pôle et au milieu de l’automne on ne pouvait pas avoir des jours bien longs. On part finalement en direction de notre hôtel du coin et on a notre chambre rapidement (le soleil a à peine eu le temps de se lever). On en profite pour faire une sieste.

On se réveille vers midi, frais et dispo et on se met en mission « trouver un ATM » parce qu’on est court en cash. Il faut savoir que les distributeurs argentins ne délivrent que des sommes ridicules aux étrangers avec des frais aberrants qui approche des 15%. On n’a pas le choix mais on se note de trouver une solution pour les prochaines fois parce que payer 6€ tous les retraits de 80€, ça va vite nous saouler.

On trouve aussi une laverie et on en profite pour y déposer près de 4kg de fringues qui puent, on commençait à avoir un peu honte.

Après ça, on rejoint le point information de la ville pour se renseigner sur la météo des jours à venir et s’organiser. Bon ben clairement, on n’a moins de chance qu’au Chili, ça s’annonce pas super mais on va faire au mieux pour faire les randos qui nous intéresse dans les meilleures conditions possibles.

Nous sommes dans le parc national des Glaciers, l’un des plus grand d’Argentine, qui va de El Chalten jusqu’à El Calafate, plus au sud. Il englobe les Cerro Torre, Fitz Roy pour ne citer qu’eux et les glaciers Perito Moreno et Uppsala (là aussi on n’en cite que deux).

DSC_0494

On profite du beau temps de l’après midi pour aller faire un tour aux Mirador de Los Condors (y’a-t-il vraiment besoin d’une traduction ?) et de Las Aguilas. Ça nous prend 2h, il y a un peu plus de 3km dans chaque sens et la vue est très sympa. On voit des condors tourner dans le ciel, le spectacle est saisissant car ces bêtes sont absolument immenses.

DSC_0502DSC_0498

On retourne à notre hôtel et on fait la connaissance de Martial et Sarah, un couple de parisiens, qui font un tour du monde et qu’on aurait pu croiser à de nombreuses reprises tant nos itinéraires se ressemblent, on dine ensemble autour d’une grosse pizza qui fait du bien.


Jour 245 : La Laguna Cerro Torre, échec 1

La météo devrait être plutôt sympa aujourd’hui donc on part, après le lever du soleil (soit vers 9h), pour la Laguna Cerro Torre. C’est une longue rando de presque 20km aller retour mais avec un tout petit dénivelé (ça nous change !). Il n’y a pas grand monde sur le sentier mais le ciel est bien nuageux et les rafales de vent nombreuses. Honnêtement on ne voit pas bien le panorama et on est un peu déçus mais on continue notre marche.

DSC_0527

Après un point de vue complètement bouché, on se mange une averse énorme et comme le ciel n’a pas l’air de notre côté, on rebrousse chemin à même pas deux kilomètres de l’arrivée. On est un peu déçus mais on se fait une raison, on n’est pas complètement imperméables et ça vaut pas le coup de se faire tremper pour même pas voir le panorama.

DSC_0510DSC_0526

Sur le retour, on croise des gens qui ont opté pour la même option « retour anticipé » que nous mais aussi des courageux qui continuent, dont un mec qu’on soupçonne être encore bien saoul de la veille puisqu’il est en teeshirt !

DSC_0524

On retourne à notre hôtel sous des rafales de vents phénoménales et on rejoint Martial et Sarah, ainsi que Bastien qu’ils ont rencontré quelques jours plus tôt, pour une après midi au chaud entre Uno et récits de voyage.


Jour 246/247 : Un week-end sous la neige

On le savait, ces deux jours étaient à considérer comme perdus, la météo nous rappelant qu’on est presque au bout du monde et que ce n’est pas l’été. Chute de neige (près de 20cm) le samedi, pluie et vent le dimanche. On reste cantonné à l’intérieur et on rattrape notre retard sur le blog et les vidéos tout en faisant des pauses « séries » et discussion avec les autres voyageurs bloqués comme nous.

On s’inquiète un peu de l’état des sentiers pour les jours suivants mais on se promet de tenter les randos du coin malgré tout.


Jour 248 : Le Fitz Roy, échec 2

Météo prévue clémente, motivation au maximum après deux jours à glander, empillement de couches contre le froid et petit déjeuner de gros, nous sommes prêts pour partir à l’assaut du Sendero Lagos dos Tres, qui mène au pied du Fitz Roy.

On part avant le lever du soleil, le ciel a l’air dégagé grâce aux rafales de vent et on est content de partir pour notre dernière grande randonnée en Patagonie. Et ben, malheureusement, comme pour le Cerro Torre, gros échec.

DSC_0532

On commence à monter sur le sentier et premier constat, la neige est bien là et elle a tenue. Il y a une quinzaine de centimètres sur le sentier et on sait déjà qu’on va finir avec les pieds gelés et trempés. La première partie monte un peu mais rien de bien terrible, la neige est un peu gelée donc on arrive à ne pas trop s’enfoncer et on rejoint rapidement le premier point de vue. Un petit lever de soleil sur les montagnes, une fois de plus magnifique, et on repart vers le Lac Capri.

DSC_0536

DSC_0545
Le sentier

On a de la chance car sur cette partie du chemin, on est plutôt protégé du vent, mais on sait que c’est pas toujours le cas car la tempête du week-end a déraciné des arbres que l’on doit contourner en galérant dans la neige qui se transforme par endroit en flaques ou en mini piscines de boue #ralagedePauline.

DSC_0580

On arrive au lac, 4km sur les 10 que compte le trajet, et on se mange rafales de vent sur rafales de vent, on voit d’autres randonneurs qui repartent en sens inverse mais on se motive pour continuer malgré les conditions pas franchement engageantes (vent, nuage).

Normalement la partie qui suit, jusqu’au dernier kilomètre, est plutôt plate et facile mais entre le chemin qui disparaît sous la neige, la mini patinoire et le vent, c’est un peu moins de la rigolade. On fait demi tour entre le 6e et le 7e kilomètres, après avoir pris des rafales de vent qui ont fait très peur à Pauline. On n’a pas les chiffres officiels mais pour nous c’était pire qu’au Tongariro en Nouvelle Zélande, donc on dirait que c’était autour de 70/80 km/h.

DSC_0561

On aperçoit à peine de Fitz Roy au milieu des nuages, certains courageux poursuivent mais globalement tout le monde s’arrête à peut près au même endroit. Sachez que le dernier kilomètre est réputé très difficile avec 400m de dénivelé à monter. Autant vous dire que vu les conditions sur le plat, on imagine même pas à quoi ça devait ressembler aujourd’hui.

DSC_0569DSC_0585

On est un peu tristes de devoir de nouveau rentrer bredine mais on n’a pas envie de se mettre en danger et vu la tronche du sentier au retour on est contents de pouvoir prendre notre temps. Et oui, le passage et le soleil font que la neige a un peu fondu et que tout ressemble à une piscine (dans laquelle on n’a pas du tout envie de se baigner).

On arrive en bas bien fatigués, presque plus moralement que physiquement car marcher dans le vent c’est vraiment pas facile. On aura quand même bien aimé marcher dans la neige, un peu moins de rentrer avec les chaussures/chaussettes/orteils dégoulinants.


Bilan de El Chalten

Vous vous en doutez, il est un peu mitigé. On regrette d’être allé faire la sieste à notre arrivée et de ne pas avoir fait directement l’une des deux randos qui nous intéressaient mais c’est comme ça, nos émotions de passage de frontière nous avaient bien fatigués.

Le peu de panorama qu’on aura vu nous aura beaucoup plu donc on va se noter de revenir un de ces jours, mais en été cette fois, pour pouvoir faire ces randos qui ont l’air fantastiques.


🔍 Les infos pratiques des Petits Pédestres 🔎

Petite info importante concernant les tarifs. Le peso argentin (ARS) s’est effondré ces dernières années, lors de notre voyage, le taux est d’1€ pour 50 ARS environ. L’inflation étant énorme, il est probable que nos informations soient obsolètes (#motcomptetriple) assez rapidement.

Transport :

Bus Los Antiguos-El Chalten : 2100 ARS /personne, 11h, compagnie Taqsa Marga

Hébergement :

Si vous payez par carte bleue, vous serez exempté de la TVA de 21% (pas mal non ?)

Hôtel Los Nires : 1050 ARS (hors TVA) pour une chambre double, sbd privée (YOUHOOOOOOU, notre première depuis 3mois), petit déjeuner de gros inclus, personnel très gentil et serviable. Wifi correct dans le petit salon de l’hôtel uniquement. Pas de cuisine, ce qui est un peu relou.

Restaurant : on en a testé un seul mais il était très bon avec des portions que même Simon n’a pas pu finir (c’est dire !)

Ahonikenk, dans la rue principale, pas très loin de la gare.

Visites :

Parc des glaciers : gratuit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :