L’archipel de Chiloé, ses églises et sa météo capricieuse

Jour 233 : Ancud et la météo improbable

On quitte Puerto Varas, où il fait beau, et on rejoint Ancud, où il pleut, sur l’ile de Chiloé. Ça y est nous sommes en Patagonie ! On arrive donc sous la pluie et on trouve notre Airbnb facilement. On ne change pas une équipe qui gagne, en plus, plus on va vers le Sud plus les tarifs des hôtels sont élevés.

On a hésité longtemps (et c’est un euphémisme) sur la manière de visiter l’ile : location de voiture, pas location de voiture, en transports locaux ou pas. Finalement, on a décidé de continuer en mode routard, l’avenir nous dira si on a eu raison.

On est accueilli par une famille trop mignonne, dans une maison plus que typique, avec façade en petit bout de bois et cuisinière au bois ! On ne pensait même pas que ça existait encore ! Une fois n’est pas coutume il fait un froid de gueux dans la maison mais le lit a de bonnes couvertures, on devrait pas trop se geler.

Miracle, le temps qu’on s’installe et qu’on mange, le temps s’est levé et on a un soleil magnifique avec ciel bleu, 1h avant on pensait que ça allait être tannée à cause de la météo et ça a changé en un rien de temps. On part donc se balader en ville et visiter les deux musées mais, c’est dimanche et absolument tout est fermé. C’est même un peu flippant !

DSC_0161DSC_0165

On longe le littoral pour rejoindre un fort (qui fut l’un des derniers bastions espagnols pendant la guerre d’indépendance) et on profite d’une jolie vue sur la ville. On flâne, on erre un peu dans les rues, au milieu des maisons colorés et on passe une belle fin de journée.

DSC_0166


Jour 234 : Quand ça veut pas, ça veut pas !

L’échec des pingouins, le retour !

Mission Pingouins aujourd’hui ! On peut les observer à une quinzaine de kilomètres d’Ancud et comme on les a loupé en Nouvelle-Zélande, on est motivé pour tenter notre chance ici.

Avant ça, on va faire un tour au musée de la route des Eglises, en effet l’ile de Chiloé est réputée pour ses églises, dont 16 sont classées au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Elles ont presque toutes la même architecture : en bois avec des arches à l’avant et une seule tour (hormis celle de Castro qui en compte 2). L’ile en compte au total plus de 150.

DSC_0175

DSC_0171
L’église d’Ancud

Comme c’est la basse saison et que la moitié des trucs pour touristes sont fermés, on prend un collectivo pour rejoindre Puñihuil et sa plage d’où partent les excursions en bateau. Et ouais, les pingouins sont sur 3 iles proches de la plage mais coté océan, pas coté terre ! Malin, le pingouin, il fait bosser les locaux pour les touristes.

On se fait poser à Cocotue, moins cher, et on marche 2 km jusqu’à la plage (sous un petit crachin bien relou). Le paysage est plutôt sympa, c’est bucolique, on est vraiment à la campagne !

On arrive sur la plage et on voit plein de petites maisons avec « boat tour » noté dessus, on se dit qu’on est sur la bonne voie. Sauf que (et oui, il y a toujours un mais), en fait les pingouins ne sont là que d’octobre à février, parfois mars. Nous sommes à la fin du mois d’avril et les animaux et les hommes ont complètement déserté le coin. Ça a des allures de villes fantomes, avec, pèle-mèle, une tasse de thé et sa cuillère posée sur un bureau vide, des boutiques éclairées avec des néons blafards et la moitié des étals vides… Bref on a encore loupé les pingouins !

Heureusement, le soleil a fait son retour (c’est assez bizarre la météo sur cette île) et un gentil monsieur, probablement abandonné par les autres, nous indique un point de vue sympa. On s’y rend et effectivement, le bougre ne nous avait pas menti, on a une vue magnifique sur la plage et des tas d’oiseaux immenses nous font une chorégraphie dans les airs.

DSC_0210DSC_0203

DSC_0217

Ça nous occupe un peu car, petit problème, il doit être 14h et le prochain bus à 17h20… On n’a pas spécialement envie d’attendre 3h sur la plage donc on se positionne dans un endroit stratégique et on attend que les autres andouilles qui sont venus voir les pingouins alors que c’est pas la saison repartent pour tenter un peu de stop pour le retour.

Coup de bol, un couple aussi dégourdi que nous (franchement ils avaient l’air moins malins mais bon), nous prend en stop assez vite et nous ramène jusqu’à Ancud ! Il faut vous dire qu’on était au milieu de nulle part, que la seule route qu’il y a est utilisée pour venir à la plage et qu’on a vraiment eu de la chance !

On rentre tranquille à la « maison » et on organise la suite de notre périple sur l’ile pour les jours prochains, en faisant une petite prière pour la météo.


Jour 235 : Église et palafitos

Avant de quitter Ancud pour Castro, la capitale de l’île, on fait un tour au musée régional de la ville. On commence par l’extérieur et après avoir vu un squelette de baleine immense et la réplique de l’Ancud, un bateau, on se dit que c’est un peu léger pour obtenir l’appellation « musée ».

En fait, il y a une partie intérieure qu’on avait pas remarquée en arrivant et qui s’avère très intéressante. Tout est en espagnol donc on a pas capté toutes les explications mais ça raconte l’histoire de l’île.

L’île est habitée depuis 5000ans av JC, pas mal quand même et jusqu’à l’arrivée de Colomb (Christophe, pas Gérard notre maire lyonnais), les gens vivaient plutôt pépères. Ils ont cependant eu un peu de répit car c’est seulement en 1558 que les premiers européens ont pris contact avec les locaux (ils avaient déjà repéré qu’il y avait une île mais visiblement ça les intéressait pas plus que ça).

Les Chilotes ont résisté un moment à l’envahisseur espagnol et à divers tentatives d’invasions de néerlandais ou d’allemands avant de capituler et d’être rattaché au reste des territoires conquis en 1567.

Lors de la guerre d’indépendance, les bastions de Chiloé ont fait parti des derniers points de résistances des Espagnols jusqu’à leur défaite finale en 1826.

On prend notre bus pour Castro et on arrive une bonne heure après, sous la pluie, c’est le thème de notre séjour sur Chiloe visiblement. On mange des empenadas en vitesse et on se dit que c’est quand même bien pratique, ces petits snacks chauds (et ouai, ça pèle un peu et manger chaud est toujours agréable). On pose notre barda au Airbnb et on s’en va explorer la ville.

Première étape : l’église San Francisco ou l’église des Lakers. Ce sont exactement le même jaune et violet que l’équipe de basket de Los Angeles et Simon a donc fait des petites blagues là dessus toute l’après midi (qui fut donc un peu longue pour Pauline).

DSC_0221.jpg

Bon, elle est fermée donc on ne peut pas profiter de l’intérieur (on tentera le coup une autre fois) et on va donc se promener le long des palafitos.

Kesako ? C’est l’un des points d’intérêt de la ville, qui participe à sa renommée. Ce sont les maisons du bord de rive qui ont l’air parfaitement normales coté rue, mais s’avèrent être sur pilotis coté eau. On galère un peu à trouver un point de vue correct qui nous fasse pas rejoindre la rive opposée et finalement on descend sur une espèce de plage moisie et profite du spectacle.

DSC_0229ChiloéDSC_0245

On continue à flâner, on observe les carcasses de bateaux sur la plage, les maisons typiques chilotes avec leurs « écailles de bois » (on n’a pas trouvé d’autres manières de les décrire). Il se met de nouveau à pleuvoir donc on opte pour un repli stratégique au sec, non sans être passé par l’office du tourisme pour essayer de s’organiser pour la visite des églises qu’on a prévu pour le lendemain.


Jour 236 : 1er mai sous la pluie

Absolument toute la journée sous des trombes d’eau -> glandage intensif.


Jour 237 : Un morceau de la route des Églises

Il fait beau ! Pas une goutte de pluie l’horizon donc on se dépêche de ranger nos affaires, on fait comprendre à notre hôte qu’on laisse nos sacs chez elle jusqu’au début d’après midi et on saute dans un Collectivo direction : Achao.

C’est l’une des villes qui abrite une des églises classées de l’ile et après un bon trajet en minibus-ferry on arrive, sous le soleil. Globalement, la ville ressemble à Ancud et Castro, c’est un port avec les petites maisons typiques chilotes et ça sent le poisson et les algues. L’église est très jolie, tout en bois mais une fois de plus nous trouvons porte close (la faute à la basse saison ?). On se balade un peu et on hésite à aller au bout de la mini-ile que laquelle on se trouve pour voir l’église de Quinchao mais on a peur d’être un peu coincé par le temps.

DSC_0254

On reprend donc un collectivo pour Dalcahue et on a bien fait ! L’église est elle aussi jolie et elle aussi fermée mais il y a un marché artisanal très sympa (et plutôt touristique) proche du port.

DSC_0273

DSC_0270DSC_0272DSC_0266

On a aussi une belle vue sur la marina (on n’est pas sûrs que le terme soit homologué dans le cas de ce port mais on le tente) et on passe un bon moment.

DSC_0264

On rentre ensuite sur Castro pour récupérer nos affaires, filer à la gare routière et prendre un bus pour rejoindre Puerto Montt où nous allons dormir car le lendemain, on prend un avion ! Quoi ? Comment ? Outrage ! Un avion pour les petits pédestres ! Et oui ente 19h de bus et une arrivée à 1h du mat et 1h d’avion pour une arrivée à 9h du mat pour 10€ de plus, sur ce coup, on a joué les princesses !


Bilan de Chiloé

C’est une très belle île, assez différente de ce qu’on avait vu jusque là au Chili. On regrette un peu d’avoir été serré niveau budget car pour faire la route des Eglises, une voiture de location aurait été largement plus pratique (mais aussi beaucoup plus chère). Honnêtement, la météo nous aura un peu gonflé et on se note que si on revient un jour au Chili, on le fera à la bonne saison histoire de pouvoir un peu plus profiter de cette île (et voir enfin les pingouins !).


🔍 Les infos pratiques des Petits Pédestres 🔎

Transport :

Bus Puerto Varas-Ancud : 6000$CH / personne, 2h, avec la compagnie Cruz del Sur

Bus Ancud-Castro : 2500$CH / personne, 1h20, avec la compagnie Cruz del Sur

Bus Castro-Puerto Montt : 7500$CH / personne, 4h, avec la compagnie Cruz del Sur

Hébergement :

Ancud : Airbnb à 17000$CH la nuit pour une chambre double avec sbd partagée, super wifi, chambre un peu petite et super froide

Castro : Airbnb à 17000$CH la nuit pour une chambre double avec sbd partagée, super wifi, chambre assez grande, chauffage (c’est peut être un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup)

Puerto Montt : Airbnb à 19000$CH la nuit pour une chambre double avec sbd partagée, juste une étape pour nous, nous sommes arrivés tard et reparti tôt

Visites :

Musée des Eglises : gratuit

Musée Régional d’Ancud : gratuit

Collectivo pour les pingouins : 1500$CH / personne, arrêt à Cocotue puis marche de 2km (sinon 2000$CH jusqu’à la plage). Départ de la gare de bus rural à coté de l’Unimarc, à 12h et 16h

(Tour en bateau pour voir les pingouins 7500$CH par personne)

Collectivo pour la route des Eglises (des terminaux de bus ruraux de chaque ville) :

      Castro-Achao : 1800$CH / personne

      Achao-Dalcahue : 1400$CH / personne

      Dalcahue-Castro : 750$CH / personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :