Guilin et les rizières de Longji

Jour 39 : Direction Guilin

Direction Guilin pour la dernière grosse étape de notre voyage en Chine. Et oui, déjà ! Même si nous allons nous déplacer encore un peu, la région autour de Guilin est notre dernière étape en Chine, parce que Hong Kong, c’est plus vraiment la Chine, et oui l’anglais est l’une de leurs langues officielles alors bon …

Un looooong trajet en bus et nous arrivons en fin d’après midi dans la guesthouse qui nous a donné des informations ultra précises pour la trouver, résultat : notre arrivée la plus détendue depuis le début du voyage !


Jour 40 : Guilin

Petite visite de Guilin aujourd’hui, il y a un seul vrai point d’intérêt et c’est les lacs du centre ville sur lesquels se trouvent les pagodes voisines du Soleil et de la Lune. On en profite avec un temps a peu près correct et on y retourne même de nuit pour voir les pagodes éclairées sur le lac, très joli et assez poétique.

Pagode du Soleil et de la Lune

Guilin est l’une des premières villes chinoises à avoir senti le filon du tourisme dans les années 50 et du coup les transports sont assez faciles à comprendre, il y a plein de bus et tout est écrit en pingyin, fastoche fastilinoche !

La ville en elle même n’a pas un intérêt fou mais c’est sa proximité avec les sites alentours qui en fait une bonne base d’excursion, ce que nous allons bientôt faire.

Poupée du marché de nuit

Après quelques jours plus tranquilles qui ont fait du bien aux jambes et au budget, les choses sérieuses vont reprendre dès le lendemain.


Jour 41 : Le jour du dépassement

Ça y est, on a officiellement dépassé la durée maximale de voyage que nous n’ayons jamais fait ! Et pour fêter ça, direction les rizières en terrasse de Longji. Funny fact : elles ne sont visitées par les touristes que depuis les années 90, après qu’un photographe les ai fait passées à la postérité et que les gens se soient dit « hééé mais c’est vachement beau, si on allait y faire un tour ! ».

On part donc en bus de Guilin pour un trajet qu’on avait estimé durer 1h30, il en dure en fait 3 (#JeanMichelàpeuprès) et on arrive à Dazhai. Il y a trois villes où loger dans le coin, Ping’an (la plus touristique), Dazhai (la moyennement touristique) et Tiantouzhai à 40min de marche de Dazhai (encore moins touristique), devinez laquelle on a choisi ?

Tiantouzhai

Comme on est malins (et un peu fainéants), on a laissé une grande partie de nos affaires à Guilin et on part donc « légers » sur le chemin de Dazhai à Tiantouzhai. On se balade au milieu des rizières en terrasse qui sont absolument magnifiques, couleur mordorée (mot compte triple) vu la saison. On pose notre bardât à l’hôtel, on mange un bout et on part en direction du Viewpoint ‘Music from Paradise’ à une petite heure de marche de l’hôtel.

Music From Paradise
Dame Lao dans son jardin
Du riz !

On avait déjà visité des rizières en terrasse, à Jatiluwih à Bali, mais là ça n’a rien à voir ! C’est absolument grandiose, les rizières s’étendent sur des km2 (on suppose) et on a droit à tout un tas de nuance de verts allant jusqu’aux jaunes. On marche tranquillement, sous un ciel un peu menaçant, on croise tout un tas de touristes (mais pas chinois) et on rentre en direction de l’hôtel pour profiter d’un bon thé et du wifi histoire de prendre un peu des nouvelles des copains.


Jour 42 : De Tiantouzhai à Ping’an

On reprend les habitudes « Petits Pédestres » aujourd’hui avec au programme la rando entre Tiantouzhai et Ping’an d’une grosse dizaine de km.

On a passé une nuit moyenne dans notre hôtel, la faute au froid, et au petit chat qui est venu miauler dernière notre porte à 6h du matin. On avait prévu de se lever tôt, ça tombe pas si mal.

On profite d’un bon petit déjeuner, avec vue sur le brouillard qui se lève des rizières et on est prêts à partir mais … une bonne averse éclate (ça va être le thème de notre marche) donc on attend un peu.

Tiantouzhai

En gros, on aura marché 4h, avec un rythme d’une averse par heure, le calcul est très vite fait. On se balade patauge gaiment dans la gadoue avec les rizières ou de la forêt autour de nous. Malgré tout le chemin est agréable, la balade très sympa et on en prend plein les yeux, on arrive à bon port sans se perdre (ce qui n’est pas une mince affaire vu la description du LP qui conseillait de prendre un guide pour le chemin) et … on croise seulement 4 personnes sur tout le trajet.

Entre Tiantouzhai et Ping’an

On arrive à Ping’an sous une énorme averse et dans le brouillard (en fait on est DANS le nuage) du coup on ne peut profiter que brièvement du paysage qui avait l’air très sympa. On comprend pourquoi elle est qualifiée de « touristique » (des boutiques partout et des touristes chinois partout aussi) et on se félicite de notre choix d’avoir logé à Tiantouzhai.

Arrivée à Ping’an

Petit instant culture : la région est habitée par l’ethnie des Lao. Les femmes Lao ne se coupent les cheveux qu’une fois dans leur vie, à 18 ans, comme rite de passage pour faire d’elles des femmes adultes et après … plus rien ! Elles ont donc les cheveux enroulés autour de la tête de manière assez sophistiqué et elles les lavent avec l’eau de cuisson du riz (j’ai envie de dire, pourquoi pas..). On en croise plusieurs et l’une d’elles accepte qu’on la prenne en photo (en même temps on venait de lui acheter de l’eau, c’est donnant-donnant, le petit pédestre est fin négociateur).

Dame Lao aux longs cheveux

Petit instant coup de gueule : les villages sont sacrement en pente, avec des marches pas vraiment régulières et forcément quand on se balade avec un gros sac c’est parfois lourd. Là où les touristes chinois nous ont révoltés (attention le coup de gueule arrive) c’est parce qu’ils viennent dans cette région avec des grosses valises à roulettes et les font porter par des femmes Lao toutes frêles ! Ajouté au fait qu’ils prennent la nature pour un dépotoir, ça donne un peu à réfléchir sur le tourisme de masse.


Bilan de Guilin et ses rizières

Même si la ville de Guilin n’a rien de foufou, on aura eu un énorme coup de coeur (tous voyages confondus) pour les rizières de Longji !  Cela tient surtout au fait qu’on ne s’attendait pas à ce que ça soit aussi beau (contrairement à la Grande Muraille et Zhangjiajié) et que la brume et le peu de touristes ont rendu l’expérience fantastique. On ajoute à ça une guesthouse un peu perdue au milieu de rien, des animaux en pagaille dans tous les coins et on a eu l’impression d’être au contact d’une Chine « vraie ». Et ça fait du bien au coeur et à l’esprit (instant poésie/philosophie).

Capture d_écran 2018-12-11 à 19.11.30

Un commentaire sur “Guilin et les rizières de Longji

Ajouter un commentaire

Répondre à Laure MULLER Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :